La taille des vignes

C’est au cœur de l’hiver, quand la vigne se repose qu’il faut la tailler. Sans taille, la vigne, qui est une liane, ne cesserait de s’allonger et mettrait toute son énergie à faire du bois au lieu de faire du raisin… Autant dire que la taille est essentielle pour obtenir une bonne qualité de raisin et donc de vin. La taille de l’hiver prépare la future récolte.

La taille des vignes - Domaine des Peyre

La taille des vignes – Domaine des Peyre

La qualité de la taille conditionne la qualité du vin
En taillant, on oriente le niveau qualitatif du raisin dans un premier temps et donc du vin que l’on produira à partir de ces raisins : la taille permet de limiter la croissance du pied de vigne, mais aussi le développement de certains rameaux qui vont justement porter les grappes. On prépare quasiment deux ans avant la qualité de la récolte puisque seuls les bourgeons des rameaux de l’année précédente donneront des fruits. Au Domaine des Peyre, c’est fin décembre que nous avons démarré la taille de nos vignes dans un premier temps sur les cépages les plus tardifs (Carignan et Mourvèdre) pour se poursuivre par les Syrah et Grenache.

Taille en cordon de Royat
Toutes nos parcelles sont taillées selon une taille que l’on appelle « en cordon de Royat » : une taille courte très usitée dans nos vignobles méditerranéens. Ce mode de taille limite la production de raisins par rapport à une taille dite « en Guyot » ; travaillant sur le haut niveau qualitatif de nos vins, nous cherchons en effet à contrôler la production sur des rendements assez bas de manière à avoir moins de raisins par pieds et ainsi favoriser la concentration des sucres sur les quelques grappes présentes. Pour y arriver, nous choisissons de réduire le nombre de bourgeons laissés sur chaque souche.

Sur les vignes en Appellation d’Origine Protégée Luberon et Ventoux, nous laissons 4 à 5 coursons à 2 yeux afin de limiter la production de raisins tandis que sur celles en Indication Géographique Protégée Méditerranée, nous laissons 6 à 7 coursons à 2 yeux, les rendements tolérés étant supérieurs.

Enherbement pour améliorer la qualité des raisins
Au delà de la qualité de la taille, pour encore mieux maîtriser la vigueur de nos vignes, nous procédons aussi sur certaines parcelles, à un enherbement (nous semons de l’herbe entre les rangs et tondons cette herbe). Exerçant une concurrence avec la vigne, cet enherbement module l’alimentation minérale et hydrique des pieds de vigne et de fait, permet une diminution des rendements, ce qui favorise alors la qualité des raisins. Toutefois, nous avons choisi les espèces de graminées spécifiques de manière à ce que cet enherbement ne soit pas préjudiciable pour la vigne.

De vieux Carignans centenaires
Certaines de nos vignes ont plus de 80 ans et depuis deux ans, nous avons commencé à reprendre la taille d’hiver ou taille sèche afin de rabaisser la hauteur des souches. L’exemple de nos Vieux Carignans est frappant avec leur hauteur importante et leur allure dressée au milieu des autres parcelles. Nous les avons conservés tels des fossiles car le raisin qu’ils produisent s’est bonifié avec le temps; mais il faut toutefois lutter contre leur prise de hauteur en les rabaissant petit à petit par une taille appropriée.

Ce travail de taille sèche démarre en hiver et se poursuit au printemps avec une taille en vert appelée également ébourgeonnage. La taille en vert permet de préparer la taille d’hiver en laissant les bourgeons qui constitueront les futurs coursons.

Les jeunes plants sont bichonnés

La taille de formation - Domaine des Peyre

© Institut Français de la Vigne et du Vin

 

Nous avons débuté la taille de nos plantiers d’un an pour constituer le début de ce que l’on appelle la taille de formation.

Nous laissons 2 yeux le premier hiver puis le sarment le plus vigoureux et le plus droit la seconde année puis nous formons les bras du cep la dernière année.

 

 

La météo s’annonce un peu plus clémente et les premiers jours d’avril avec des matinées encore froides mais de beaux après midi ensoleillés, nous laissent espérer rapidement ce que l’on appelle le débourrement, c’est-à-dire la sortie sur les petits bourgeons et de petites feuilles.
De quoi donner envie de faire un tour tous les jours entre pieds de vignes, amandiers, cerisiers et thym en fleur et attendre l’arrivée des perdreaux, sous l’œil des rapaces repérant leurs futures proies.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *