Un terroir à la forte personnalité

On dit que la notion de terroir serait un concept complètement français… et que les autres régions viticoles dans le monde n’ont pas besoin de mettre la notion de terroir en avant pour que la typicité de leurs vins soit reconnue. Faisons avec puisque nous sommes français et que nos vins sont bien MADE IN FRANCE, assumons et continuons à défendre nos différences. Le premier élément à prendre en compte dans la notion de terroir, c’est le territoire sur lequel est produit un type de vin. Et c’est bien à partir des spécificités du lieu de production que l’on peut dresser les grandes lignes d’un terroir et que l’on étudiera :

– les sols et sous- sols
– le climat
– l’exposition et l’inclinaison des parcelles
– l’histoire du vignoble qui, au fil du temps, a vu la main de l’homme opérer certains choix techniques dans la manière de planter, de choisir les cépages, de tailler, de vinifier.

A partir de là, c’est plus facile de présenter le TERROIR du domaine des Peyre :

Sols et sous- sols

On a ici surtout des sols argilo-sablo-calcaire et sablo-argilo calcaires avec quelques nuances dans ces grands types de sols. Les sols à dominante argileuse plus lourds, plus frais nous permettent d’obtenir des vins plus vifs, qualités idéales pour les blancs et rosés. Les sols à dominante sableuse, plus filtrants, ont été choisis pour y planter les cépages rouges qui ont ainsi les meilleures conditions pour donner des vins avec beaucoup de finesse.

Le climat

En Vaucluse, nous avons un climat méditerranéen. chaud – voire très chaud – en été, doux en automne et au printemps, il peut toutefois en hiver, quelques jours par an, surtout en janvier et février, connaitre quelques journées très froides. L’idéal étant que pendant la période végétative de la vigne, d’octobre à avril, la température ne descende pas en dessous de 8 ° avec des pluies régulières et que l’ensoleillement soit important l’été. Le climat méditerranéen est particulièrement favorable à la culture de la vigne même si on constate depuis quelques années que les conditions climatiques se durcissent avec des périodes de sécheresse qui peuvent mettre la vigne en danger.

Le mistral

Mais l’autre caractéristique de notre terroir est la présence du mistral, ce vent venu du nord qui rend le ciel si bleu quand il souffle, chassant avec force les nuages. Mais en plus de nous baigner d’une lumière magnifique, le mistral éloigne les nuages et fait fuir la pluie, limitant d’une manière naturelle les maladies de la vigne en séchant feuilles et raisins après la pluie. En été, ce vent augmente la concentration en sucre des raisins et en au printemps, il protège du gel en créant des flux d’air. alors d’une luminosité magnifique.
– l’exposition et l’inclinaison des parcelles
Nos vignes en AOP Ventoux toutes exposées plein sud, sur une colline d’un seul tenant, sont cultivées en terrasses, à des altitudes différentes. Un avantage très appréciable qui conditionne d’une manière significative la typicité de nos vins.

Les restanques

Qu’on les appelle terrasses, restanques, banquettes ou bancaous, en Provence, elles font partie du paysages et sont un élément essentiel de notre terroir. En effet, depuis toujours, l’homme a choisi de cultiver sur les collines en réalisant lui même des paliers, construisant en pierre sèche des murets retenant la terre et la végétation. Ces restanques sont un vrai bonheur des yeux, très anciennes pour certaines, pas toujours entretenues pourtant, elles ont su passer le fil des siècles sans trop de dommages et rendent nos paysages typiques. Une restanque ne s’abime presque pas dans la mesure où elle ne garde pas l’humidité, quand il pleut, le sol est alors parfaitement bien drainé, l’eau s’écoule et les végétaux ne retiennent que ce dont ils ont besoin !
La tradition voulait que les anciens cultivent en restanques d’une manière très particulière : au milieu, ils plantaient des céréales, et en bordure, des oliviers, des amandiers, des cerisiers et de la vigne, tenant ainsi avec les racines des arbres et de la vigne la colline, limitant l’érosion avec un certain art. Parce que au fil du temps, les engins agricoles ont eu besoin de davantage d’espace pour passer, petit à petit, les producteurs ont privilégié la culture intensive et on délaissé les restanques, trop compliquées d’accès. Quand nous avons repris le domaine en 2014, les restanques n’étaient pas toutes plantées de raisin de cuve, un peu de céréales, des raisins de table, des cerisiers se disputaient les parcelles. NOus avons sauté sur l’occasion pour replanter ce qui pouvait l’être, particulièrement séduits par ces restanques. Exposées plein sud, parfaitement bien drainées, nos vignes plantées en AOP Ventoux ont ainsi leur typicité et permettent de réaliser des vins plus vifs, sur le fruit, des vins gourmands et droits.

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *