Comprendre nos cépages

12 cépages sont actuellement cultivés sur le domaine des Peyre. Certains étaient plantés quand nous avons racheté la propriété en 2012, d’autres ont été plantés dans le cadre de la restructuration du domaine effectuée à notre arrivée dès 2013. Restructuration qui s’étalera sur plusieurs années puisque tous les ans, nous arrachons les parcelles dont les cépages ne nous paraissent pas au niveau qualitatif que nous souhaitons , et replantons dans les trois ans qui suivent l’arrachage après avoir laissé la terre se reposer.

Depuis 2 000 ans on cultive de la vigne au domaine des Peyre, nous ne sommes donc que des héritiers du travail et des choix de cépages faits par nos prédécesseurs… Rien d’étonnant donc à ce que l’on retrouve ici les cépages classiques de la vallée du Rhône, particulièrement adaptés au terroir et aux conditions météo du sud de la France. Certains plans de Carignan ont plus de 100 ans ( leur rendement est très modeste… ) et certains plants de grenache plus de 50 ans… Toutefois sur les deux appellations, nos cépages ont une moyenne d’âge de 35 ans.

Garder la typicité des vins et utiliser moins de pesticides

Des choix qui, face au réchauffement climatique, pourraient évoluer dans les années qui viennent. En effet, depuis plusieurs années, on constate dans nos régions une nette augmentation des périodes de sécheresse mais aussi des températures d e plus en plus élevées sur un laps de temps long. Des conditions qui ont sur la vigne pour conséquence -entre autres- d’augmenter le taux de sucre et donc d’alcool et qui remettra en cause, à terme, la délimitation géographique des zones d’appellation contrôlée. Des pistes de travail, de la part des chercheurs, serait de s’intéresser aux vieux cépages régionaux oubliés dont les capacités à arriver à maturité sont plus tardives. du fait de leur faible pouvoir de concentration.

Un héritage végétal

Le choix des cépages se fait le plus souvent au fil du temps d’une manière assez classique, les anciens ont cherché à planter les cépages les mieux adaptés à un terroir, un climat, raison pour laquelle on trouve souvent les mêmes cépages dans les régions du monde qui connaissent des conditions climatiques similaires.

Petites aides à la dégustation pour épater vos amis et reconnaitre les cépages…

Grenache : jeune, on lui trouve de la figue, fraise, myrtille et noix de muscade. Quand il vieillit, on lui découvre des arômes de pruneau, figue sèche et café.

Merlot : jeune, on lui trouve des arômes de fruits noirs, de violette et de pruneau. Avec le temps, apparaissent les arômes de cuir et gibier.

Syrah : reconnaissable à ses arômes de poivre, de réglisse, de chocolat et de fruits noirs, avec le temps, elle délivre un nez de truffe, tabac et figue.

Carignan : jeune, il est trop acide et pas assez aromatique. Mais avec le temps (les nôtres ont entre 30 et 100 ans…) il délivre des arômes de garrigue, de pruneau et de réglisse.

Mourvèdre : Un cépage « charpenteur » qui apporte de la puissance. Jeune, il est sur des arômes de mûre, garrigue, poivre, réglisse et musc. En vieillissant, on lui trouve de la truffe et du cuir.

Tempranillo : Avec son accent espagnol, ce cépage porte les arômes de myrtille, cerise, tabac.

Viognier : Il sent l’été avec ses arômes de fruits jeunes et de fleurs : abricot, pêche, poire, fleur d’acacia, iris. Avec le temps, pointent les arômes de tabac, de noisette grillée et de musc.

Roussanne : Séduction assurée avec ses arômes de café, de chèvrefeuille, d’iris, de pivoine. de miel, d’aubépine, et d’abricot. Des touches de tisane et de poire, enrichissent souvent son registre aromatique.

Grenache blanc : Du fenouil et de l’aneth, du melon ou encore de nectarine blanche pour ce cépage délicat qui donne des vins qui n’aiment pas vieillir.

Sauvignon : Le cépage de la fraicheur avec ses arômes d’agrumes mais aussi d’ananas, de sureau, de fruits de la passion et de jasmin.

Vermentino : Encore de la fraicheur avec ce cépage qui joue sur les notes de poire, pêche, amande verte, aubépine, fenouil, anis.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *